Synopsis: 

Biopic du grand pianiste Glenn Gould qui laissa la scène de côté afin de se rapprocher des studios.

32 courts metrages, notamment des documentaires dont cinq entretiens avec des connaissances de Gould et des reconstitutions de sa vie.

 Bande annonce: 

 La critique (Plume Jean-christophe) : 

Mélangeant interviews des connaissances de l’artiste (dont le célèbre violoniste Yehudi Menuhin entre autres !!!), scènes tournées à partir d’anecdotes véritables, l’interprétation d’une de ses compositions, même une séquence animée, même une interprétation au piano vue à travers des rayons x… une succession de trente-deux segments sur un pianiste de génie totalement atypique, Glenn Gould, le tout sous des enregistrements, d’une qualité exceptionnelle, du Maître…

Excentrique qui a arrêté définitivement de se produire en public pour enregistrer uniquement à la radio et à la télévision pour que tout le monde puisse l’écouter dans de bonnes conditions, qui s’habillait toujours chaudement même en plein été, qui ne répondait quasiment aux interviews que par téléphone, qui était capable de parler des heures et des heures dans cet appareil, qui était rusé comme un renard quand il s’agissait de faire augmenter ses actions en bourse, qui possédait une ouïe incroyable et un sens de l’humour étincelant,… bref il y en a tant à dire sur cette personnalité d’exception qui nous devient très vite sympathique.

On est loin de saisir toute sa complexité, impossible de toute façon…, mais on a le droit à quelques-uns de ses traits les plus marquants. Le réalisateur québécois François Girard utilise un procédé narratif original mais ce qui rend principalement ce film très prenant, c’est son sujet absolument passionnant…

 Verdict:   7/10