Victor Coste retranscrit par des vibrations articulées positivo-négatives, son expérience dans le monde. De manière on ne peut plus autodidacte, il a créé MC Sirop de fil en aiguille puis qu’à 15 ans à peine, le musicien commençait à rapper et à bidouiller les instruments. Sur son chemin, les Beaux-arts lui ont permis de travailler sur diverses techniques artistiques telles la fabrication d’images en tout genre ou encore le traitement du son. Ces étapes auront le mérite d’avoir éveillé cette envie d’aboutir sur quelques chose de concret. Il participe à plusieurs formations musicales en tant que chanteur, claviériste, guitariste, même percussionniste. En 2016 il cède à une envie irrépressible: Mettre au grand jour ces textes écrits au cours des années d’expérimentations. Il dégaine son micro et ses fringues de Slameur pour dévoiler sa première mixtape «Siropositive». Fin 2018 il dévoile son 1er EP «Immensité».

C’est le début d’une longue aventure !


«Siropositive» est un patchwork de Funk, Jazz, Boombap (style de la musique Hip-Hop largement utilisé dans les années 90. Boom bap est une onomatopée représentant les sons utilisés par la grosse caisse et la caisse claire), de chanson et de blues ! En définitive on tape dans un rap franchement typé par les années 90 et qui rappellera quelques souvenirs bien référencés à certains.

Dans la même lignée «Immensité» n’est que la confirmation du style de MC Sirop, cependant avec une touche Jazz et electro plus affirmée. Au regard de la pochette –dessinée par Renaud Magnan- en parfait adéquation avec le genre auquel le disque se prête à nous faire écouter, on s’attend d’entrée de jeu à un flow qui ne veux pas se prendre trop au sérieux afin peut-être de laisser couler les thèmes de chacun des titres plus facilement. Le titre immensité, bel argument de cet EP n’est pas pour autant une frasque comique, mais bien un titre terre à terre racontant l’histoire de l’urbanisation massive contemporaine et ses répercussions. Il fait preuve de la dextérité de Victor Coste avec les mots. Le Mc fait surgir de ce clip ses qualités de réalisation visuelles. C’est en se laissant fondre dans le décors, en miniature, qu’il fait ressortir tout l’inverse de l’égocentrisme et l’impression de notre réel impacte sur l’immensité du monde.

Avec ce 1er EP il produit pour la 1ere fois dans des conditions professionnelles et convainc que son atout majeur est bel et bien l’utilisation du langage (Au plus que parfait s’il vous plait ! ) notamment sur le titre Un Oeuf qui s’apparente plus à un conte et pour ainsi dire à une création abstraite, laissant la liberté à chacun d’imaginer sa propre signification. Les images qui accompagnent le titre suggèrent une petite pensée aux légendes et à l’univers Païen. Ces bestioles intrigantes personnifient la mauvaise augure.

Ces deux clips délivrent un aperçu de l’univers aux multiples facettes du MC.

Mais il ne s’arrête pas là ! Tant qu’à être bien engagé sur sa lancée, il aimerait être bien accompagné pour un nouveau projet: Une formule en quartet ! Thomas Laffont (basse), Camille Thouvenot (Claviers) et Nicolas Cabello (batterie), 3 musiciens issu de la bulle Jazz le rejoignent pour marquer ce projet d’un coup de fer. Le répertoire a été arrangé avec brio. La puissance libérée par ce nouvel agencement décuple l’aspect funky/groovy et la pâte acide du synthé afin de permettre au MC de planter l’encre fermement !