Souvenez-vous !

Vous êtes au supermarché. En train de vous les geler au rayon frais, hésitant entre « les paniers de Yoplait » ou les « perle de lait »  quand soudain, après vous avoir infligé Kids United et le dernier Calogero, la sono balance:  “tou tou tou toutou tou tou tou touuuuu touuuuu” Vous voilà soudainement transporté en l’an de grâce 2007. Année ou Christophe Maé et Fatal Bazooka trust les premières places des charts français. Ce jour là MGMT, jeune groupe New Yorkais sort son premier album «Oracular Spectacular». L’album contient trois énormes tubes time to pretend, electric feels et bien sûr le fameux kids celle-là même qui vous pète le crâne depuis qu’elle a obtenue un statut permanent dans les playlists de supermarchés et les émissions de NRJ12.

Bref tout ça pour dire que MGMT vient de ressortir un nouvel album cet année. Son quatrième pour être exact. Car si le groupe a démarré très fort, commercialement parlant, les deux albums suivants ont plutôt dérouté voir irrités les fans de la première heure. «Congratulations» le deuxième album du groupe (et de mon humble avis un des meilleurs ) ne possède pas la puissance de frappe du premier. Les morceaux sont plus complexes, les sonorités beaucoup plus perchées. L’album termine en beauté avec Siberian Breaks chanson façon puzzle de 16 minutes. Ce deuxième album m’ayant assez marqué sur la durée c’est donc plutôt impatiemment que j’attendais ce nouvel album.

Sorti le 9 février l’album Little Dark Age signe bel et bien le retour tant attendu de MGMT. Les morceaux sont plus accrocheurs, plus courts, en gros plus pop que les deux précédents albums. Le groupe semble avoir trouvé un véritable équilibre entre son premier et son deuxième album, entre sa force pour faire des morceaux pops et sa soif d’expérimentation. Car si les morceaux retrouvent une structure plus simple, ils possèdent tous une identité unique et dégagent tous quelques choses de différent.

La production sur cet album est tout simplement phénoménale. Le groupe n’hésitant pas à sortir des bons gros synthés bien appuyés ainsi que toute sorte de sons bizarroïdes sans pour autant oublier de placer de très belles parties de guitares ou de piano ici et là. Mention spéciale aux lignes de basses qui font une grande partie de la réussite de l’album. Les textes de l’albums sont aussi très bons. MGMT nous parle d’addiction au smartphone (TSLAMP*), de réseaux sociaux ou encore de muscu. Des sujets actuels on va dire. Souvent en faisant preuve de pas mal d’humour et de dérision.

Pour résumer c’est bon parce que : la basse sur Little Dark Age, les paroles acides de When You Die, Me & Michael parce que cette chanson est absolument incroyable ou encore les choeurs sur Hand it Over (qui me font beaucoup penser à My Sweet Lord de George Harrisson)En gros foncez c’est très bon .

 
 
*Il ne s’agit pas d’une émission d’Hannouna mais de Time Spent Looking At My Phone.